La marqueterie traditionnelle découpe dans du placage de bois, des pièces qu’elle reconstitue comme un puzzle. La marqueterie contemporaine les superpose et par ponçage révèle des transparences et des fondus de couleurs. L’apport de Didier Wurtz à cette technique est d’y inclure des papiers (froissés , cartes routières, papiers peints, etc), des teintes, des pigments, des poudres de métaux, réalisant ainsi la synthèse de la peinture et de la marqueterie de bois.  
 
  1    2  
Diaporama